Australie – Cairns, The Great Bareer Reef, skydiving, snorkeling & scubadiving

Chers internautes,

 

Deux mois à Atherton à réaliser du travail agricole et nous décollions enfin pour notre roadtrip le long de la côte est australienne !

Initialement, il était question que nous nous rendions jusqu’à Brisbane avec notre Nissan Pintara mais comme parfois le monde se révèle petit et est également fait d’agréables rencontres imprévues, nous avons rejoint Charline et Marion, des copines de France, venues tenter l’aventure australienne en arrivant directement à Cairns un mois plus tôt. Autour d’un barbecue de retrouvailles autour du lagon de Cairns, nous avons tous les quatre réalisé que nous avions le même projet pour les trois prochaines semaines : descendre la côte vers Brisbane, en s’arrêtant visiter les différents points d’intérêt touristique. Le choix fut donc rapide et simple : pourquoi ne pas voyager ensemble et partager à la fois de bons moments et les frais ? Dès lors, nous avons vendu notre voiture (sur Gumtree) en très peu de temps (à peine 3 jours) à un autre couple de jeunes français pour la somme de 1700$, nous ne perdions donc que très peu d’argent et profitions avec l’esprit léger du fait de ne plus être encombrés par une voiture dont nous avions peur d’échouer la revente à Brisbane.

Avant de rejoindre Charline et Marion, deux bretonnes de sœurs, parties pour un an à travers l’Australie, nous profitions enfin de Cairns avec ENFIN un peu d’argent en poche pour faire des activités locales.

 

Le saut en parachute – SKYDIVING

Au mois de mai dernier, pour les 28 ans de Flo, Arou ainsi que toute la famille de ce grand voyageur lui offraient une nouvelle expérience hors du commun : un saut en parachute au-dessus de la Grande Barrière de Corail ! Il a fallu donc attendre 5 mois avant de pouvoir réaliser ce rêve à sensations fortes, et enfin, après avoir travaillé et gagné assez d’argent pour prendre la route, ce nouveau rêve pouvait enfin devenir réalité.

Et il faut dire qu’à Cairns, le saut en parachute au-dessus de Mission Beach est pratique si courante qu’un très grand nombre de nos amis l’ont également fait avant et après nous. Arou, pas très fan de ce genre d’expérience auto-suicidaire, qui est également une fille avec très peu de personnalité précisons-le au passage, s’est toutefois laissée séduire par tous les récits de ces gens semblant tout à fait normaux, pour finalement se payer l’aventure en toute discrétion sans prévenir quiconque afin de ne pas inquiéter les âmes les plus angoissées de son entourage (Maman, bisous).

Arou a du mal à réaliser ce dans quoi elle s'est lancée

Arou a du mal à réaliser ce dans quoi elle s’est lancée

Bref, le saut en parachute au-dessus de la barrière de Corail, à Mission Beach, est devenue une institution très populaire. Très tôt le matin, un mini-van, rempli de tout plein de tarés, vient vous chercher en bas de votre auberge de Cairns pour vous conduire deux heures plus loin au centre de skydive de Mission Beach.

On vous explique des règles de sécurité puis on vous présente un DVD qui vous décrit avec précision la « Banana position » que vous devez prendre au moment du saut. Les quelques règles dictées, le saut payé, un free barbecue vite fait englouti et vous n’avez plus qu’à gentiment attendre votre mort, euh pardon… votre tour.

1379890_10151917809769076_640895256_n

Flo et Arou attendent pour leur saut en parachute

Parce qu’à vrai dire, on ne réalise pas tout à fait ce qu’il nous arrive jusqu’à ce qu’on rencontre son mentor de saut qui, au passage, en est bien à son 5ème au 6ème saut de la journée (easy quoi). Ce dernier se présente de manière très australienne, c’est-à-dire de manière très amicale et même si cela sonne aussi « fake » que le « friendly service » à l’anglo-saxone, ça met très rapidement à l’aise. Il vous enfile un baudrier, seul lien qui vous maintiendra à la vie pendant six minutes de chute.

On quitte le centre et 20 minutes plus tard, on se retrouve à grimper dans un petit coucou, portes à peine fermées, direction, 20 minutes de vol plus tard, 14000ft (environ 4km) au-dessus de la mer…

Autrement dit, imaginez un Flo surexcité comme une pile atomique et une Arou phobique de l’avion et de toutes activités amenant son cœur à battre à plus de 150 pulsations par minute et vous obtenez un cocktail plutôt contradictoire.

Au final, pour Flo l’expérience fut grandiose et le DVD (volé à la station de bus de Santiago au Chili, ah, ça, c’est con) en était clairement la preuve. Vous auriez pu y voir un mec en totale éclate personnelle, à gérer l’expérience sensationnelle comme un pro et ceci avec une classe de rider hors norme. Pour Arou, en revanche, au bord des larmes et de l’évanouissement pendant la minute de chute libre à cause de la douleur aux oreilles, l’expérience fut la plus effrayante de toute sa vie au point de ne pas la rendre bien faire de son DVD (qui lui, a été épargné par le pickpocket chilien). Dans ce dernier, elle conclura avec un « high give » à Rory son mentor… “thank you so much Rory, it was awesome but it was the first time… and the last one!”

Flo saute en parachute au-dessus de Mission Beach

Flo saute en parachute au-dessus de Mission Beach

Flo s'éclate avec son cadeau d'anniversaire

Flo s’éclate avec son cadeau d’anniversaire

Arou, un petit peu inquiète à l'idée de se jeter d'un avion en plein vol

Arou, un petit peu inquiète à l’idée de se jeter d’un avion en plein vol

Arou très fière d'avoir fait face à sa peur des sensations extrêmes

Arou très fière d’avoir fait face à sa peur des sensations extrêmes

Précisons cependant, que malgré l’expérience éprouvante d’Arou et la minute de chute libre qui a été assez douloureuse pour nos quatre oreilles, les cinq minutes suivantes au-dessus de la mer furent simplement sensationnelles ! Le ciel si bleu et l’horizon si dégagé, nous ont permis d’admirer les récifs coralliens et au loin les vallées verdoyantes du Queensland.

Tous les deux très fiers de cette nouvelle expérience à l’autre bout du monde, l’un ayant vécu une expérience incroyable et l’autre ayant bravé sa peur du trop-plein d’excitations, et nous repartions, épuisés, vers Cairns pour nous préparer pour une nouvelle activité… la sortie en mer vers la Grande Barrière de Corail !

Une Arou très épuisée par le saut en parachute et un Flo très content de lui

Une Arou très épuisée par le saut en parachute et un Flo très content de lui

 

Le tour en catamaran dans la barrière de Corail – SCUBADIVING & SNORKELING

Quoi de mieux placé que Cairns pour partir visiter la Grande Barrière de Corail ? Le lendemain de notre aventure dans les airs, nous partions donc cette fois-ci vers une nouvelle aventure sous la mer.

A bord d’un catamaran géant, avec la compagnie « Passion of Paradise », le temps d’une journée, nous avons navigué vers deux points phares du snorkeling (la plongée au masque et au tuba) et de la plongée sous-marine, Michaelmas Cay, un parc naturel et marin protégé situé sur un îlot de sable, puis Paradise Reef, un immense récif de corail, à deux heures de mer depuis la côte de Cairns.

Passions of Paradise

Passions of Paradise

Ce jeudi matin, nous partions sous un magnifique soleil, le cœur gonflé d’excitation d’aller rencontrer la faune sous-marine de la plus grande barrière de corail du monde !

Cependant et étrangement, à peine une heure en mer et nous sentions une odeur âcre de gaz vinaigré dérangeante au point de fuir le centre du bateau pour aller profiter du soleil et de l’air frais de la marée. Quelques minutes plus tard, le catamaran faisait demi-tour et nous était annoncé une atroce nouvelle (pour ceux qui quittaient Cairns dès le lendemain) qu’au vu d’un problème technique qui n’arrive que très rarement, il nous fallait faire demi-tour et annuler la journée en mer. Consternation pour les uns, dépression pour les autres, ceux qui ne pouvaient pas se permettre de rester à Cairns une journée de plus, perdaient une journée de rêve et se voyaient dans l’impossibilité d’aller plonger dans la Grande Barrière de Corail.

Qu’à cela tienne, voyager aussi longtemps que nous comporte bien des inconvénients mais beaucoup plus d’avantages. Oui… nous… nous avions le temps et une ou deux journées de retard ne briseraient pas le rêve. Un peu déçus certes, mais de retour au port, nous réservions immédiatement pour repartir le jour suivant. Tant pis, ça nous laissait une journée comme on les aime, à ne rien faire, lézarder et profiter de toutes les bouteilles de soda gratuites que le staff avait offert à tous les clients déçus !

Au lendemain du lendemain, nous partions donc cette fois-ci pour de vrai, vers le rêve marin !

Michaelmas Cay est un parc marin protégé où seulement 30 mètres de rives sont autorisés à la promenade. Si vous franchissez les barrières derrière lesquelles vous voyez des milliers et des milliers d’oiseaux, l’amende s’élèvera à 7000$ (rien que ça). Ce petit îlot fut le premier départ pour notre première heure de snorkeling. Ici, impossible de rater les très belles tortues de mer et chacun de nous deux en verra au moins une aussi facilement qu’on aperçoit un pigeon dans les rues de Paris. D’énormes coquillages dans lesquels il ne faut absolument pas y plonger la main sous peine de rester coincer ou d’y avoir la main broyée, des poissons en tout genre et de toutes les couleurs, des coraux lumineux et colorés et voici donc ce à quoi ressemble la faune marine australienne. En d’autres termes, que du MAGNIFIQUE !

Flo se prépare à son initiation à la plongée sous-marine

Arou en pleine découverte de la Grande Barrière de Corail

Arou en pleine découverte de la Grande Barrière de Corail

Flo nage avec une tortue de mer

Flo nage avec une tortue de mer

Pour 70$ supplémentaire, Flo s’est autorisé sa première initiation au scubadiving, autrement dit la plongée sous-marine. Arou, quant à elle, ayant pris bonne leçon de l’avant-veille, a décidé de camper sur sa première décision de ne pas se lancer dans cette expérience qui, initialement, comme pour le saut en parachute, ne lui inspirait pas grande confiance. Bien qu’un peu inquiet quant à la pression et la possibilité de claustrophobie, cette nouvelle activité s’est très bien passée et en plus de connaitre de nouvelles sensations en milieu marin, Flo a nagé tout à côté des tortues de mer. (Malheureusement, avant le vol de Santiago… nous avions les preuves à l’appui en vidéo GoPro… Mais comme disent certains… les meilleurs souvenirs restent dans la tête et dans le cœur).

Après un buffet plutôt copieux qu’il a tout de même fallu limiter vu les sensations désagréables de nausées dû à un léger mal de mer, nous partions pour la seconde destination : Paradise Reef ! Un immense récif perdu en pleine mer, qui offre un très beau spot très impressionnant par sa profondeur, pour du snorkeling ou du scubadiving… enfin en ce qui concerne le snorkeling… c’est sans compter les nombreuses petites méduses transparentes qui infligeaient à leurs victimes des piqûres assez désagréables. Et pour le coup, tous ceux qui avaient omis de mettre leur combinaison de plongée, dont nous, se sont faits agressés par ces moustiques des mers certes inoffensifs mais qui nous ont très vite poussés à sortir de l’eau pour remonter à bord.

A cette heure-ci de la journée, sonnait déjà l’heure du retour. Deux heures de mer, deux heures de nausées pour Arou et le voyage se finissait au niveau de la proue, tels Rose et Jack Dawnson se sentant les rois du monde à observer les quelques dauphins qui se sont présentés l’espace d’un quart de seconde à tous les passagers du catamaran.

Cette journée fut très belle, et malgré le problème technique de la veille, nous recommandons vivement Passions of Paradise, qui rencontre d’ailleurs un certain succès. Plus chère que certaines offres alléchantes mais de moins bonne qualité et probablement bien moins chère que d’autres compagnies qui ne nous sont pas abordables, Passions of Paradise a le mérite de nous emmener à des endroits moins infestés par les touristes et semblant plus authentiques. Tout le staff est très amical et a vraiment le sens du service, c’est anglosaxon, parfois ça sonne faux, mais c’est agréable. Alors, bien que nous soyons des parisiens très pessimistes, nous nous sommes laissés bercés par ce jeu commercial plutôt sympa.

Cependant, pour ceux qui souffrent du mal de transport, nous déconseillons cette excursion, car le voyage peut se révéler vraiment pénible et le mal de mer sans fin, puisqu’on ne touche terre que l’espace de 30 minutes sur Michaelmas Cay. Et un grand nombre de voyageurs, ce jour-là, ne garderont probablement pas un bon souvenir de leur journée la tête plongée dans un sac à vomi… L’alternative de se rendre sur Fitzroy Island semble être une bonne opportunité puisqu’à part l’aller-retour en ferry, la journée se passe sur la terre ferme et le snorkeling est tout aussi possible.

Après cette superbe journée dans la Grande Barrière de Corail, dès le lendemain, nous prenions la route avec Charline et Marion, à bord d’Angelo, leur break tout terrain, direction Mission Beach mais cette fois-ci avec la ferme intention de rester à terre et d’y faire notre première expérience de camping sur le sol australien !

A bientôt depuis Mission Beach !

Arou & Flo

 

Octobre 2013 :

Saut en parachute à Mission Beach « Paul’s Parachuting » (14000ft, 60sec de chute libre + licence + DVD) : 464$ (env. 307€)

Une journée en Catamaran dans la Grande Barrière de Corail « Passions of Paradise » : 129$/pers (env. 85,50€). Option supplémentaire pour une initiation à la plongée sous-marine : 70$ (env. 47€)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>