Thaïlande – I Love Chiang Mai

Chers internautes,

 

Pour voir la vidéo en lien avec cet article, c’est ici même !

 

Tant de choses à raconter sur Chiang Mai, cette charmante cité du nord, ainsi que sur ses alentours ! Commençons donc par le commencement en essayant de ne pas nous égarer dans notre récit.

Old city

Imaginez vous débarquer dans un petit monde aux remparts parfaitement symétriques, séparant la vieille ville de la nouvelle par des étendues d’eau dans lesquelles se reflètent les arbres en fleurs qui les bordent. Oui, c’est aussi joliment décrit que ça l’est en vrai.

Une fois arrivés dans ce Chiang Mai si réputé, très vite nous nous sommes interrogés sur la densité de blancs au m2… Et cela fut fort impressionnant. Nous avons donc débarqué dans des rues où la concentration d’occidentaux paraissait bien plus élevée que tout le peuple thaï réuni. Pour le coup, et après Calcutta où le nombre de touristes pouvait se compter sur les doigts d’une main amputée, nous ne nous sommes pas sentis seuls du tout !

Julie Guest House

Nous avons donc créché à Julie Guesthouse, l’antre des backpackers, the place to be pour faire des rencontres entre petits et grands voyageurs, mais malheureusement bien trop victime de son succès. Pour vous raconter brièvement, nous avons passé les trois premières nuits dans la dernière chambre disponible. Matelas au sol, salle de bain partagée plutôt propre, petit ventilo, le tout pour seulement 180 thb la nuit (moins de 5€), bref le rêve de tout routard. Pour dire vrai, nous étions bien en joie de pouvoir rester quelques nuits pour si peu cher et ce avec une bonne atmosphère.

Malheureusement à Julie Guesthouse, il y a toujours tellement de monde que tu ne peux pas réserver plus de 2-3 jours à l’avance (doit cependant dépendre de la tête du client) donc pas facile de s’organiser surtout si, comme nous, tu comptes partir jouer les Indiana Jones pendant 5 jours dans les alentours, sans bagage, ni maison (mais ça on vous racontera après). Donc impossible d’organiser ton semblant de vie future car le leitmotiv de Julie semble être : « pourquoi te satisferais-je, si ce n’est pas toi ma vache à lait, c’est un autre gland dans ton genre qui le sera ». Et ouais, le patron, occidental au passage, nous a bien fait bien ressentir que nous n’étions qu’un numéro parmi une très longue série d’autres chiffres, c’est dommage mais tristement vrai.

En effet, chez Julie, c’est très peu cher, propre, avec un grand réservoir potentiel d’amis de toutes nationalités mais il ne faut pas s’attendre à un service très aimable où « le client est roi ». Effectivement, ayant planifié 4 jours en scooter pour visiter, la province de Mae Hong Son, nous avions besoin d’un endroit pour laisser une partie de nos affaires sereinement. Julie mettait donc à disposition une « luggage room » dans laquelle il ne semblait y avoir aucun problème pour que nous y laissions nos sacs. Cependant, le jour J, à 5 minutes de notre grand départ pour la folle aventure, selon les dire du boss, et après avoir annoncé que nous partions 4 jours, la room était malencontreusement « full » (« et démerde toi avec ça gros caca allé NEXT ! »). Mais bien heureusement, et comme la Thailande est un paradis sur terre peuplé de tout un tas de petits anges, nous avons trouvé secours chez notre adorable loueur de scooter, sacré saint parmi les saints, chez qui nous avons laissé gratuitement nos affaires pendant tout notre périple. Et ouf, sauvés !

A notre retour de notre boucle de 4 jours, nous sommes retournés chez Julie (à regret) après avoir constaté que le prix des autres guesthouses des alentours était presque 2x plus élevé. Ce coup ci aussi, on arrivait pour attraper au vol la dernière chambre disponible : une chambre initialement prévue pour 3 avec salle de bain et pour 270 thb/nuit. C’était tout vu car vraiment moins chère qu’une chambre double dans le boui-boui d’à côté. Et comme Julie est pleine de surprises, nous avons pris la chambre sans imaginer la chaleur suffoquante qu’elle nous réservait et son ventilateur qui a bien failli nous décapiter en pleine nuit. Bref, on a définitivement quitté Julie avec un petit goût amer en se consolant par le prix payé pour ces nuits pas très reposantes.

Walking tour des temples par le Lonely Planet

Le Lonely Planet propose une promenade à pied pour visiter les différents temples de Chiang Mai et comme nous sommes des feignasses en manque de sport extrême et que les températures en pleine journée sont juste insupportables, nous avons fait cette promenade en vélo !!! (50 thb/24h)
Et même si les très nombreux temples de la ville se suivent et se ressemblent, nous avons passé un très bon moment à visiter les rues de cette charmante Chiang Mai.
Chiang Mai night bazaar
La grande activité nocturne du coin, mis à part les combats de muay thaï carrément théâtralisés pour assouvir la curiosité des occidentaux voulant voir des gamins se battre, sont les différents marchés de nuit situés à l’extérieur de la vieille ville dans l’est de Chiang Mai. Fringues à touriste, objets de marque contre-faits, babioles et souvenirs, sympa à regarder, probablement alléchant quand tu es là pour 2 semaines mais pas très intéressant pour nous (oui, Arou se force à penser ça également).

Baan Chang Elephant Park

Le temps d’une journée, nous nous sommes mis dans la peau du touriste riche ! Envie de tâter de la faune sans non plus participer à de l’esclavage animalier, nous nous sommes pas mal renseignés, sans passer par aucune travel angency ou guest house qui vous offre souvent une heure à dos d’éléphant assis sur une nacelle et ce parmi d’autres activités qui nous paraissaient un peu too much touristiques. Et malheureusement, nous doutons des conditions réelles de ces animaux dans ce genre de contexte. Bref, nous, nous voulions du sincère, du vrai, du presque pathos et du caritatif à nous faire mouiller les yeux, quitte à ne même pas monter sur un pachyderme. Sincèrement, entendre du gros coeur d’éléphant battre, ça nous suffisait.

Au final, nous avons fini par suivre une adresse donnée par le Lonely Planet et avons payé 2400 thb/pers soit env. 60€/chacun (ouah folie) pour passer une très bonne journée au Baan Chang Éléphant Park !

Le Baan Chang Elephant park rachète et recueille des éléphants ayant été maltraités et dressés à des fins touristiques qui ne prenaient pas en considération le bien être de l’animal (ex. Éléphant dressé de manière violente pour peindre sur un tableau).
Bref, pour le coup Baan Chang, oui c’est touristique (reçoit une cinquantaine de visiteurs/jour), mais l’offre parait bien montée, bien exposée et plutôt sincère. Et quand un éléphant boude et refuse de faire un truc, on lui fout la paix, et ça nous va ! Notre guide a fait sa visite et sa démonstration de manière assez rigolote et communicative et il semble assez difficile de croire qu’il n’aimait pas ces petites bêtes.

Au commencement de la journée, on vous fait vous changer en vous disant que si vous pensiez rester clean, il fallait rester en ville. Puis, premier contact avec la bande à Babar. Des bananes et des cannes à sucre en guise de sucreries, et c’est parti pour un grand moment d’échanges, de câlins et de taquineries en tout genre avec les grosses bêtes. C’est tellement touchant, que nous en avons eu la gorge un peu nouée. Par la suite, petit cours théorique sur le contexte de vie des animaux et sur les quelques mots thaïs que nous devons apprendre pour les diriger. A midi, vient la pause déjeuner (comprise dans le prix). Plats thaïs, copieux et très savoureux, nous sommes des hôtes comblés et remplis quand nous nous allongeons dans nos hamacs pour une rapide pause post-fringale.
L’après-midi débute et c’est parti pour un super ride à dos d’éléphant. Imaginez vos fesses assises à même la peau d’un animal de plusieurs tonnes et sans ceinture de sécurité. C’est haut, c’est impressionnant presque même effrayant et surtout assez sportif. On monte, on descend, on rigole et on réalise qu’en fait un éléphant c’est drôlement poilu.
On finit la journée par le bain, et qu’est-ce qu’on se marre (vidéos bientôt à l’appui). Les mahouts, gardiens d’éléphant, participent au spectacle en nous taquinant et en faisant jouer les animaux. Et comme dirait Freiti : « C’est fou!!!!! » 🙂

Pour conclure, oui on a suivi la grosse masse de touristes robotisés qui nous énerve tant, mais vraiment on a aimé alors… Pas de regret !

Massage thaïlandais

La pub disait un truc du genre : « épuisé après une journée à découvrir Chiang Mai, venez vous faire masser… Blabla ». Ce à quoi, après notre grand périple de 4 jours (que nous vous raconterons dans un prochain article), nous avons immédiatement répondu « trêve de blabla, masse moiiiii!!! ».

A Chiang Mai, comme partout en Thaïlande, on peut se faire masser à chaque coin de rue, sur chaque trottoir, à proximité de chaque guest house et j’en passe… Bref, mieux qu’une institution, un vrai art destiné à la détente du touriste mais également des locaux. Et en gros, si tu viens en Thaïlande et que tu ne fais pas de thaï massage, c’est comme venir à Paris et ne pas passer par la Tour Eiffel.

En Thaïlande, tu trouves de tous les prix pour un « oïl massage » ou un « thaï massage » (entre 150 thb et 350 thb) et c’est à Chiang Mai que nous avons trouvé les massages les plus abordables.
Donc, après Bangkok et notre oil massage génial à 250 thb, nous voilà encore à « kiffer notre race » avec un thaï massage a 150 thb l’heure.

900 km de scooter, ça use, ça use… et très peu d’entre-vous en ont réellement idée… C’est pas de votre faute, ce que nous avons fait n’est pas très courant 😉 Les fesses en compote, à la limite des escarres, on est retourné sur Chiang Mai, tout bloqué et tout usé, prêt à se dire (une fois de plus) : « mais pourquoi je fait tout ça au juste?? » et puis une heure de massage plus tard, nous voilà revenus dans notre propre corps tout reposé et serein, parés à continuer les idioties en tout genre.

Institut de beauté

Dans un précédent article, Arou vous parlait du voyage au féminin en se posant des questions aussi futiles que l’épilation à l’autre bout du monde.

En Inde, il est vrai qu’il s’est avéré assez compliqué d’imaginer même une seconde la moindre coquetterie de ce genre dans la mesure où, mise à part à la télévision, les indiennes, bien que très soignées et parées de beaucoup de bijoux, n’ont pas pour habitude de montrer leur corps. Du coup, aucun salon de beauté à l’horizon et ce même dans les grandes villes.
En revanche, la Thaïlande s’est révélée être le paradis de la féminité assumée, du booty short, de la paillette, du strass, du bling-bing, de l’ongle manucuré, du shopping, des trucs cutty à se mettre dans les cheveux… en résumé, le paradis de tout ce qui pouvait rendre une Arou frustrée de se cacher sous des haillons de fringues crades, heureuse !

Ici, l’épilation est bon marché mais son prix varie du simple au double d’un institut à l’autre, c’est pourquoi il ne faut pas hésiter à comparer. La technique d’épilation à la cire chaude varie à peu de chose prêt que celle connue en France. Elle est rapide, efficace, et bien sûr tout aussi traumatisante (surtout après 1 mois 1/2 de rasoir)… Bref, il s’agit toujours d’un moment profondément désagréable et douloureux mais une fois fait, pour celles qui ont l’habitude, on se sent tout de suite mieux. Donc pour mesdames qui veulent tenter l’expérience, n’ayez pas peur de l’hygiène ou de la technique car il ne semble y avoir pas plus de risques qu’ailleurs.

Good bye Chiang Mai

Après plus d’une semaine passée dans cette magnifique région à se remplir la tête de souvenirs inoubliables et d’images de paysages à couper le souffle, nous prenons le bus, direction Chiang Rai, encore plus au nord avant de finir par Chiang Khong qui sera notre point d’entrée vers le Laos.

Arou & Flo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*