Australie – Hit The Road Part 2 (Whitsundays)

Chers internautes,

 

Une petite introduction à la côte est australienne via Mission Beach et Magnetic Island et nous continuions notre route à 3h30 de voiture plus au sud, vers l’une des attractions incontournables de l’Australie : l’archipel des Whitsundays.

Pour se rendre aux Whitsundays, on s’arrête à Earlie Beach qui offre un grand panel de logements allant du camping à l’hôtel de luxe, en passant par l’auberge traditionnelle bien aimée des jeunes backpackers.

En ce qui nous concerne, nous nous sommes arrêtés ici :

Airlie Cove Resort (Camping 4*)

45$/4 adultes et par nuit (emplacement sans électricité)

(Cuisines et salle de bain commune très propres)

En aparté…

Airlie Cove Resort a, à ce moment-là de notre voyage, constitué le lieu d’une scène assez rigolote et plutôt inattendue pour Arou. Un soir, attablés à finir notre repas, nous avons rencontré Manon et Cécile, deux charmantes françaises. Au détour d’une conversation de présentation plutôt banale, nous apprenons que Manon, qui finit son année de Working Holiday visa, vit dans une région qu’Arou connait bien puisqu’un an et demi plus tôt, elle s’y rendait avec des amies pour rejoindre une copine bretonne le temps d’un week-end. Au fil de la discussion, Arou a réalisé que Manon parlait d’amis communs jusqu’à ce que Manon s’arrête d’emblée et s’exclame : « mais… je te connais toi, t’es la fille aux bottes léopard du festival des Papillonades ! ». Le cœur battant la chamade, les deux nanas réalisaient qu’elles se connaissaient et qu’elles s’étaient déjà rencontrées lors d’un festival breton et qu’elles avaient toutes les deux de très bons amis en commun. Comme on dit partout sur cette planète : it’s a small, small, world !

Revenons-en à nos moutons…

A Earlie Beach, on trouve également beaucoup d’offres d’excursion dans l’archipel des Whitsundays, d’une journée à plusieurs jours en mer. Ces tours sont, pour la plupart, très chers et réunissent sur un même bateau, tout un tas de jeunes, toujours en mal de fête et d’excitation. Pour ceux qui aiment donc le genre d’ambiance festive, nous le conseillons. Quant à nous, nous nous sommes tournés vers une autre alternative qui a constitué l’un de nos plus beaux souvenirs de nos trois mois en Australie.

L’archipel des Whitsundays est constituée de plusieurs îles plus belles les unes que les autres. Cependant, si les Whitsundays ont réussi à acquérir une renommée hors du commun, ce sont principalement pour leurs bancs de sables fins que l’on peut trouver sur la plus belle et la plus grande île de l’archipel qui porte son nom : l’île Whitesunday.

Sachant tout ceci, nous avons donc décidé d’aller camper sur Whitesunday Island et plus précisément sur Whitehaven beach. Loin du camping 5*, camper sur l’une des plus belles îles paradisiaques du monde nécessite un peu (beaucoup) d’organisation : oublier douche et électricité, se charger de tout son matériel de camping (tente, sac de couchage, sac à dos…), prévoir au moins 3L d’eau par personne et par jour, emporter assez de nourriture pour le temps prévu sur l’île  (ainsi que tous le matériel pour cuisiner) et surtout ne pas oublier… crème solaire et lotion anti-moustique.

La vue depuis notre camp

La vue depuis notre camp

Pour se rendre sur l’île, nous avons loué les services d’un « water taxi » pour la modique somme de 150$ par personne aller-retour (les coups d’une excursion de deux ou trois jours en bateau dans les Whitsundays sont souvent deux ou trois fois plus élevés).

Le principe est simple : le water taxi nous fournit assez d’eau pour le nombre de jour qu’on souhaite rester sur l’île (il peut également louer du matériel de camping), il nous dépose sur l’île de notre choix (ici, Whitehaven), puis vient nous rechercher le jour désiré.

NB : à noter qu’en cas de pépin, il est judicieux de prévoir un peu plus d’eau au cas où le taxi se retrouve dans l’impossibilité de venir nous chercher au moment prévu. A noter également que pour camper dans ce genre de camping, il faut prendre un permis qui coûte environ 5$/pers/nuit et qu’on peut se procurer soit dans des agences spécifiques (il y en a une à 2 minutes de notre camping d’Earlie Beach), soit sur internet. Il vous sera demandé d’afficher vos autorisations de camper sur vos tentes car des contrôles peuvent avoir lieu).

Water taxi

Water taxi

Au programme pour nous, trois jours et deux nuits sur l’une des cinq plus belles plages au monde ! Ouais, dis comme ça, c’est beau et… ce fut plus que beau !

 

JOUR 1 – Départ pour le paradis

Le rendez-vous avec le water taxi se fait vers 8h45 à Shute Harbour (10 minutes de voiture depuis Earlie Cove Resort).

Chacun de nous avait dans son bagage un bidon de 10L d’eau, mais dans l’ignorance ceci s’est révélé bien superflu puisque le water taxi nous avait déjà prévu 40L. Qu’à cela ne tienne, cela nous permettrait de prendre de bonnes douches après des baignades un peu salées.

Pour se rendre sur Whitehaven beach, nous avons navigué pendant deux heures en passant par Hook Island et Small South Island qui offraient toutes deux de magnifiques plages pour déposer et prendre d’autres voyageurs qui pour certains d’entre eux, avaient prévu de relier certaines îles en canoë kayak. Cette introduction aux différentes beautés que nous proposait l’archipel n’était en fait rien comparé à ce qui nous attendait un jour plus tard.

Les deux sisters heureuses de partie à la découverte de l'archipel

Les deux sisters heureuses de partir à la découverte de l’archipel

A notre arrivée, nous avons découvert le camping qui se situe à une extrémité de la plage. Perdu entre l’orée d’une clairière et la plage de sable fin, nous nous sommes très vite installés puis avons découvert ce qui constituera également notre environnement pour les deux jours à venir et notamment les toilettes sèches ainsi que les différentes tables de picnic constituées de rondins de bois.

Notre camping sur Whitehaven Beach

Notre camping sur Whitehaven Beach

Après notre rapide installation, portes de tente face à la Mer de Corail, nous avons enfilé ce qui sera notre tenue des deux prochains jours : nos maillots de bain. Puis, nous sommes partis admirer ce que ce que la mer nous offrait : des coraux immergés, des raies bleutées, et une eau claire comme le cristal. Peu après le déjeuner, les bateaux touristiques des différents tours organisés débarquaient sur notre tranquille petite plage. Parfait moment pour retrouver une nouvelle fois, par hasard, Manon et Cécile, qui passaient par là.

La faune marine

La faune marine

Les coraux observables sans masque, ni tuba

Les coraux observables sans masque, ni tuba

La faune marine offerte en bord de mer

La faune marine offerte en bord de mer

Une raie aux tons bleutés

Une raie aux tons bleutés

Cette première nuit, après un dîner éclairé par nos lampes frontales, sans télé, ni d’internet, nous nous sommes tranquillement bercés au son des vagues, allongés sur la plage, en admirant le ciel dégagé et traversé par les étoiles filantes.

 

Jour 2 – Une journée au paradis

Ce matin-là, nous préparions notre picnic à base de taboulé fait maison et nous nous séparions des copines qui préféraient rester se reposer au camping, pour entreprendre un grand voyage : marcher les 6km de plage pour nous rendre à l’autre extrémité afin de découvrir les si célèbres bancs de sable. A ce moment, nous n’étions sûrs de rien, excepté du fait que nous n’aurions probablement pas accès au point de vue qu’on voit sur toutes les photos d’excursions et qui se trouvent de l’autre côté du petit estuaire. Qu’à cela ne tienne, ceci nous offrait quand même la possibilité de bouger nos grosses fesses et de vivre un semblant d’aventure.

L’appareil photo et la crème solaire en poche, nous sommes partis à 8h45 et après 2h30 de marche sur une plage au sable si blanc qu’il vous renvoie le soleil en vous agressant très dangereusement la peau dès 9h du matin, nous sommes arrivés à l’extrémité de la plage à marée haute. Sur le chemin, nous avons croisé plusieurs hydravions avec chacun son couple de touristes, une bouteille de champagne en glacière. Puis, après des centaines de mètres sans un chat, nous laissant croire que nous étions complètement seuls sur cette île, nous avons enfin découvert ce que nous cherchions. En plus de l’estuaire, nous avons atteint une sorte de lagon à l’eau claire comme le cristal et au sable si fin qu’à chaque pas dans l’eau, le sable gazouillait comme dans un jacuzzi et qu’à chaque pas hors de l’eau, le sable craquait sous nos pieds comme de la crème brûlée. A l’horizon, comme sur une carte postale paradisiaque, se succédait à l’eau bleue turquoise, la forêt. Dans cette mer et ce décor incroyables, pas un prédateur, seulement des poissons aussi transparents que leur environnement.  Excepté un autre couple qui avait pris place à l’extrémité de la plage, nous étions tous les quatre seuls au monde ! En revanche, au loin, de l’autre côté de l’estuaire, on apercevait des dizaines et des dizaines de petites formes : des touristes déposés par les bateaux mais heureusement, impossible de les distinguer correctement.

Une vue panoramique d'une partie de Whitehaven Beach

Une vue panoramique d’une partie de Whitehaven Beach

Après une première baignade très rafraichissante, nous sommes allés nous perdre à l’orée d’une clairière pour déjeuner tranquillement à l’ombre. Deux heures plus tard, la mer commençait à descendre et ce qu’on croyait déjà être le paradis était en train de se transformer en bien plus : le paradis +++ ! Petit à petit, ont commencé à apparaitre des bancs de sables fins qui étaient inaccessibles à marée haute. Nous n’avions pas accès au point de vue où se trouvaient tous les autres touristes, mais à cet instant précis, nous étions DANS le paysage. Nous n’observions pas le paradis de loin, nous étions dedans !

Et là, simplement trois mois pour résumer l’expérience paradisiaque :

MAGNIFIQUE

FANTASTIQUE

PHOTOGÉNIQUE

!

!

!

Arou au paradis

Arou au paradis

Flo sur les bancs de sable

Flo sur les bancs de sable

Parfait spot pour un picnic

Parfait spot pour un picnic

Une eau bleue turquoise et claire comme le cristal

Une eau bleue turquoise et claire comme le cristal

Arou en plein bonheur

Arou en plein bonheur

Un paysage presque désertique

Un paysage presque désertique

Flo, dans le paysage

Flo, dans le paysage

Au loin, la forêt

Au loin, la forêt

 

Flo fait trempète

Flo fait trempète

Arou "fait son intéressante"

Arou « fait son intéressante »

Malheureusement, à chaque médaille son revers, trois semaines plus tard, nous perdions toutes les vidéos de notre passage sur Whitehaven Beach lors du vol de notre sac à dos à Santiago du Chili. Heureusement, Facebook, notre meilleur ami, nous aura permis de sauver de nombreux clichés… Quant au reste… il est gravé profondément à l’intérieur de nos cœurs.

Vers 15h et après avoir pris plusieurs heures de soleil qui nous offriront un bronzage comme on n’a jamais eu ( ! ), nous avons quitté les lieux, le cœur gonflé de bonheur. Sur la route du retour, nous avons croisé sur le rivage, le monstre du Lochness, un animal marin dont seule l’immense queue recouverte de trois énormes ailerons dépasserons de l’eau trouble du rivage. Entre peur et fascination, nous avons passé un quart d’heure à suivre cette bête qui semblait faire son bout de chemin à côté de nous.

Le soir-même, nous étions hyper excités après cette belle journée. Le repas dans le noir s’accompagna d’un compagnon wallaby un peu timide qu’on s’est amusé à approcher le plus discrètement possible.

Un ami wallaby pour le dîner

Un ami wallaby pour le dîner

 

JOUR 3 – Petite marche dans les hauteurs du paradis et retour sur terre

Au dernier jour, un peu moins excitant, après s’être réveillés avec le record du monde du nombre de piqûres de moustiques, nous sommes partis faire une petite marche d’environ une heure, comme les filles l’avaient faite la veille et nous l’avaient conseillée. Très bien balisé, le chemin qui nous conduira en hauteur pour nous offrir une jolie vue d’une partie de l’île, nous a également offert une faune très amusante : plusieurs gros iguanes.

Une faune suprenante

Une faune surprenante

Depuis le point de vue, à environ 30 minutes de marche

Depuis le point de vue, à environ 30 minutes de marche

En fin de matinée, tout remballé, le water taxi venait nous chercher. Et c’est avec regret qu’on a trouvé ça beaucoup trop tôt ! Eh ouais, on aurait bien passé une ou deux journées de plus dans cet endroit de rêve.

Le final fut également grandiose, à 200 mètres de notre arrivée au port de départ, notre water taxi tombait glorieusement en panne. Notre skippeur, super gêné, avait en fait emprunté ce bateau, qui ne semblait pas avoir tout à fait la quantité suffisante de carburant pour lui permettre d’aller chercher ses clients à travers l’archipel comme convenu. C’est donc avec tête haute que la compagnie concurrente nous a aimablement remorqués jusqu’au port. Mais peu importe, nous revenions de Whitehaven Beach, de l’île Whitesunday, il nous en aurait fallu bien plus pour nous abattre…

En avant vers l'aventure des Whitsundays

Flo au retour de nos trois jours sur Whitehaven Beach

 

Nos trois jours de camping sur l’île Whitesunday a constitué notre plus belle expérience à ce moment de notre voyage. Nous n’avions jamais vu de mer, de plage, de paysage aussi merveilleux. Et si nous vous conseillons bien quelque chose sur la côte est australienne, c’est de venir camper sur cette partie de l’archipel. Ce genre d’excursion fait sur-mesure (vous partez autant de temps que vous le désirez) et économique est très authentique et pas si touristique que ça. La plupart des backpackers choisissent l’option du tour organisé en bateau à défaut de simplement savoir qu’il est possible de camper sur l’île. A notre égard, on trouve que l’excursion en bateau manque malheureusement de charme… Alors, un conseil, si vous n’êtes pas branchés ambiance fête de célibataires sur bateau, venez plutôt vous laver au bidon d’eau froide et vous fondre dans le paysage !

 

Arou & Flo

 

Octobre 2013 :

Airlie Cove Resort (4*) : 45$/4 adultes/nuit (Une voiture et deux tentes) (env. 30€)

Water Taxi : 150$/pers pour se rendre jusqu’à Whitehaven Beach A/R (env. 98€)

Autorisation de camper sur la plage : 5,60$/pers/nuit (3,70€)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>